Núm. 27 (2019): Las dinámicas kurdas en Oriente Próximo: elementos locales, regionales y transregionales.
Miscelánea

Le processus électoral tunisien en 2019: instabilité institutionnelle et jeu des acteurs

Larbi Chouikha
Université de La Manouba
Publicado diciembre 19, 2019

Palabras clave:

Tunisie, élections, code électoral, populisme, inattendu, instabilité.

Resumen

À l’été 2019, au paroxysme de la lutte qui a opposé le clan du président de la République à celui du Chef de gouvernement, trois facteurs imbriqués permettent de saisir les évolutions, les enjeux, mais aussi, les variations du jeu politique pré-électoral en Tunisie. D’un côté, il s’est agi de comprendre les calculs politico-personnels des acteurs politiques qui cherchent à agir sur le cours des évènements de façon à pouvoir les orienter à leur avantage. De l’autre, il importe de cerner comment le fonctionnement des institutions et l’usage des lois ont un impact sur les campagnes pré-électorale et électorale sachant que lesdites institutions se caractérisent par leur fragilité et que les lois sont d’une application à géométrie variable. Enfin, il convient également de tenir compte du surgissement de l’inattendu (grave attentat, assassinats politiques, décès d’une personnalité publique….) et d’envisager ses conséquences aussi bien sur la trajectoire du processus électoral que sur les stratégies des acteurs politiques. Précisément, l’adoption du Code électoral amendé, l’annonce par le président de la République de sa non-promulgation, le décès du chef de l’État et la modification du calendrier électoral qui a suivi ont bousculé la trajectoire politique du pays. Dans cette perspective, cet article se propose d’analyser le processus électoral tunisien d’avril à septembre 2019 en suivant un plan chronologique afin de saisir la manière dont se sont agencés les stratégies des acteurs, le fonctionnement des institutions et le surgissement de l’inattendu à travers le décès du président de la République.

Citas

BEN MAMI Amine & Eric GOBE (2019): “A new offer of commitment and work forqualified youth? Democratic monitoring associations in post-Ben Ali Tunisia”, The Journal of North African Studies, [consulté le 15 octobre 2019]. DOI: https://doi.org/10.1080/13629387.2019.1665287

CHOUIKHA, Larbi (2018) : « L’Instance de régulation de l’audiovisuel en Tunisie (Haica) dans les méandres politico-médiatiques », in Les médias en Afrique depuis les indépendances : bilan, enjeux et perspectives, sous la direction de Ndiaga Loum et Ibrahima Sarr, París, L’Harmattan, pp. 145-160.

CHOUIKHA, Larbi (2007): « L’audiovisuel en Tunisie : une libéralisation fondue dans le moule étatique », L’Année du Maghreb, 2005-2006, pp. 549-558. [consulté le 12 août 2019]. http://journals.openedition.org/anneemaghreb/165 ; DOI: https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.165

CHOUIKHA Larbi et GOBE Éric (2015) : Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance, París, La Découverte.

GOBE, Éric (2018) : « La Tunisie en 2017 : impotence de l’État et tentations autoritaires, L’Année du Maghreb, 19/2, pp. 235-256. [consulté le 14 août 2019]. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4305 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.4305

GOBE Éric (2017) : « La Tunisie en 2016 : La présidentialisation de l’impuissance politique (an II) », L’Année du Maghreb, 17/2, pp. 313-333. [consulté le 15 août 2019]. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3293; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.3293

GOBE Éric et Larbi CHOUIKHA (2015) : « La Tunisie de la Constitution aux élections : La fin de la transition politique ? », L’Année du Maghreb, 13/2, pp. 261-282. [consulté le 1 août 2019]. URL: http://journals.openedition.org/anneemaghreb/2602; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.2602